Flotte Bretonnienne

 


 
Navigation

Accueil

Nouvelles du Site

Politique

Wargames

 

Général

 

W40k

 

Necromunda

 

Epic

 

Man O'War

 

Warmachine

 

Opinions

Recherche

 
Compte Utilisateur

Vous n'êtes pas connecté.
  Connexion
  S'inscrire
  Compte oublié?

 
Langue

  english / français

 

 

    

Avec pour équipage les meilleurs marins du Vieux Monde, les nobles vaisseaux de la Flotte Royale de Bretonnie portent fièrement les couleurs de leur patrie. Ils traquent sans relâche les pirates, les mercenaires, et tous les navires qui refusent de se plier à l'autorité de leur roi, Louen Coeur de Lion.

cliquez pour agrandir

La Flotte du Roi.

La flotte bretonnienne se compose uniquement de voiliers d'une vitesse conséquente - 9" par tour pour peu que le navire ne soit pas vent debout. Seuls les Hauts Elfes sont plus rapides. Les plus petits navires sont armés d'une catapulte tirant vers l'avant, tandis que les unités plus importantes disposent d'impressionnantes bordées de canons sur leurs flancs.

Cette faction a une beauté particulière. L'apparence des navires bretonniens se rapproche beaucoup des exemples historiques de marine; elle séduisit nombre de joueurs et en fit une race très populaire, même si sa puissance est finalement moyenne. Les Amiraux de Bretonnie sont, d'habitude, plus portés sur l'amusement que sur la victoire; ceci étant dit, la flotte offre un certain nombre d'astuces qui la rend tout à fait efficace entre les mains d'un joueur expérimenté de Man O'War.

La Gamme de Bretonnie

La Bretonnie n'est pas réputée pour la versatilité de sa flotte. Avec seulement trois types de navires et une seule unité volante, elle se situe dans une moyenne banale en terme de diversité. En revanche, la sculpture des figurines est nette et pleine de détails. Les vaisseaux ne sont pas très grands; ils acquièrent leur présence à travers une imposante mâture et des voiles volumineuses. Plus que pour d'autres camps, il est donc important de récupérer des grappes de mâts ou des alternatives valables (comme des cure-dents) pour les déployer comme les voiliers qu'ils sont sensés être. Une feuille "officielle" de voiles et de bannières est tout sauf indispensable, beaucoup de joueurs préférant se créer une toile d'un blanc immaculé plutôt que d'utiliser les voiles couleur ivoire fournies par Games Workshop. De plus, vous seriez bien avisé de rajouter des voiles supplémentaires - foc et grand-voile - pour une meilleure apparence: les bateaux bretonniens sont un peu maigrichons vus de côté, leurs voiles carrées ne donnant une épaisseur à la voilure que lorsqu'on les observe de face. Pour cette raison, plus il y a de voiles, mieux c'est.

Les Boucaniers sont les plus humbles représentants de la flotte de l'Anguille, à 75 points par escadre - une affaire. Avec deux pions d'équipage chacun, ils donnent à un amiral bretonnien une excellente source de marins pour remettre à niveau l'équipage affaibli d'un navire plus puissant. Malheureusement, leur seul coup sous la ligne de flottaison et leurs faibles jets de sauvegarde en font des cibles fragiles si l'adversaire tourne son attention sur eux. Armés d'une unique catapulte orientée vers l'avant, ils sont plus une nuisance que l'arme qui enverra par le fond la flotte ennemie. Faciles à neutraliser, il faut se dire que tous les tirs encaissés par les Boucaniers seront toujours ça de moins pour les autres navires...

Fidèle reflet de la société de Bretonnie où l'idée même d'une classe moyenne est inconcevable, la catégorie de navire immédiatement supérieure aux Boucaniers est d'une toute autre envergure. Les escadres de Corsaires coûtent 300 points mais valent le moindre d'entre eux. Les caractéristiques de ces vaisseaux sont très correctes - trois pions d'équipage et trois coups sous la ligne de flottaison les mettent au niveau de certains Bâtiments déployés par d'autres races - mais leur vraie puissance réside dans leurs bordées de canons: ils peuvent délivrer une pluie de boulets avec trois dés d'attaque sur chaque flanc, suffisant pour couler un navire en une seule volée. Tirer le meilleur usage de la puissance de feu des Corsaires est souvent la clef de la victoire.

Plus grand navire de la flotte et seul Bâtiment, l'impressionnant Galion ressemble à un Corsaire amélioré: quatre pions d'équipage, quatre coups sous la ligne de flottaison et quatre batteries de flanc. Les puristes le trouvent un tantinet plus faible que la Caraque de l'Empire (nation éternellement rivale de la Bretonnie) mais le navire est tout à fait respectable. Toutefois, il est rare que les joueurs bretonniens se chargent en Galions; mais avec quelques cartes spéciales améliorant encore son mouvement ou sa puissance de feu, il peut devenir monstrueux.

La transposition des Chevaucheurs de Pégases du royaume dans Man O'War ne donne pas un résultat très enthousiasmant pour l'unique unité volante de la faction - et certainement inférieure à ce que vous pouvez attendre des mêmes figurines sur un champ de bataille de Warhammer:Le Jeu des Batailles Fantastiques (ou peut-être pas...) A 75 points l'escadre, 2 blessures chacun, les figurines disposent d'une paire de règles spécifiques: elles bénéficient d'un bonus de +1 en combat en attaque et gagnent automatiquement leur combat sur un 6 naturel. Comme il est de toutes façons improbable que l'adversaire l'emporte sur un tel jet, cette règle change rarement quoi que ce soit (à moins que vous n'ayez envoyé vos Chevaliers sur une vraie mission suicide!) Les Chevaucheurs de Pégases ont leur place pour achever des navires à la dérive, mais ne remboursent pas toujours l'investissement qu'ils représentent dans la composition d'une flotte.

Collectionner cette flotte

cliquez pour agrandir

Un travail sur les voiles permet un meilleur rendu.

La Bretonnie est certainement la flotte de la boîte de base de Man O'War la plus difficile à collectionner. Les moules furent rapidement hors d'usage; la rumeur raconte que les Corsaires furent la première réféfence épuisée de toute la gamme. Les figurines requièrent également une quantité folle de mâts et de baumes en plastique, à moins que vous ne penchiez pour un modélisme plus "alternatif".

Les Boucaniers passent périodiquement sur eBay mais partent souvent au prix fort, la plupart des amiraux de Bretonnie cherchant à en inclure trois ou quatre escadres dans leur force. Les Galions sont aussi proposés de temps en temps mais ne sont pas aussi demandés, bien que comme pour toute flotte, vous ayez besoin d'un exemplaire de chaque escadre et bâtiment possible pour une composition conforme aux règles. Les Corsaires, d'un autre côté, sont aussi rares que recherchés. Ils atteignent parfois des prix insensés, et peu de joueurs auront la joie d'en inclure plus d'une escadre - à moins d'en payer le prix. Pour finir, les Chevaliers sur Pégases restent inhabituels, mais comme ils ne sont pas indispensables, la demande n'est pas trop forte.

Les enchères pour des vaisseaux de Bretonnie incluent rarement des mâts et des voiles en bonne condition. Cette particularité se comprend à l'examen des navires, bien peu alléchants coques nues; presque tous les joueurs essayèrent de leur donner leur voilure, alors qu'ils en abstinrent plus souvent avec d'autres races. Cependant, plus les mâts sont grands plus ils sont fragiles, et plus la probabilité augmente qu'avec le temps, ils finissent par être endommagés. Malheureusement, ils sont souvent irréparables à moins d'y sacrifier une grappe de mâts en parfait état. L'utilisation de mâts de récupération n'est pas possible, car il faut une tige de longueur maximale. Pour la même raison, on voit passer assez peu de feuilles de voiles et de bannières, mais c'est moins un problème.

Tactique et stratégie

Ne disposant ni de capacité spéciales pour ses équipages ni de béliers pour éperonner, la flotte de Bretonnie gagne ses batailles navales à grands coups de canons. A cette fin, les déplacements doivent être soigneux, utilisant les vastes compétences des marins de la couronne pour placer les vaisseaux judicieusement et délivrer les salves les plus dévastatrices. La spécialisation de cette flotte implique également un certain nombre de faiblesses, que l'amiral désigné devra gérer au mieux pour ne pas laisser l'ennemi les exploiter.

cliquez pour agrandir

Le Galion bretonnien.

Dans un déploiement typique, un rideau de Boucaniers protège des unités plus lourdes en attente à l'arrière. Alors que l'ennemi s'approche (ou que la flotte Bretonnienne s'avance, sa vitesse ne permettra à quiconque de s'échapper) les Boucaniers martèlent l'ennemi sous les tirs de catapultes; lorsque cette première ligne peu solide commencera à rompre et à exposer les Corsaires et les Galions, il sera temps pour eux de frapper.

Les Corsaires sont la meilleure arme de l'arsenal bretonnien. Leur formation dicte leur usage, bien qu'il soit possible de réorganiser leur escadre si nécessaire. En ligne, ils seront capables de délivrer une véritable pluie de projectiles à courte portée en passant "à travers" une escadre ennemie elle aussi en ligne. Navigant au milieu des navires choisis pour cibles, ils s'arrêteront au beau milieu et tireront par tous les sabords, sauf pour l'unique Corsaire qui ne sera pas encadré par deux cibles; cela représente 15 dés d'attaque à bout portant! Malheureusement, cette situation idéale sera difficile à atteindre contre un adversaire compétent qui ne s'y laissera pas prendre deux fois. La phase d'approche pose un autre problème: alors qu'ils cherchent à atteindre leur position, les Corsaires ne tireront pratiquement pas.

En groupe contre un bâtiment plus puissant ou pour une plus grande flexibilité générale, les Corsaires sont plus souvent disposés en colonne. De cette façon, ils peuvent encercler les navires ennemis et les atteindre à plus longue portée, bien qu'avec un seul flanc chacun. Bien sûr, la meilleure approche est sans doute de passer d'une formation à l'autre selon les opportunités. Les Galions s'emploient de la même façon que les Corsaires, mais il sera délicat de faire naviguer votre vaisseau amiral au beau milieu de la flotte ennemie. Ne vous en privez pas si vous en avez plus d'un et qu'ils ne transportent pas l'Amiral ni le précieux Magicien de votre flotte.

Parlant des lanceurs de sorts, la flotte de Bretonnie est vulnérable aux changements de vent, naturels ou non, comme toute faction ne se déplaçant qu'à la voile. Récupérer les sorts qui affectent le mouvement ou au moins les couleurs qui permettent de les dissiper devrait être une priorité pour le mage local. Si cette faiblesse est la plus évidente, elle n'est pas la seule: la marine de Louen Coeur de Lion est aussi très fragile face aux abordages. Les équipages sont raisonnablement nombreux, mais une attaque selon un angle approprié les privera de toute mitraille en défense (les Boucaniers n'en ont même pas de toutes façons!) Contre un assaut venu de la proue ou de la poupe, même un Galion peut être facilement perdu. Les déplacements continuels pour délivrer des bordées de canons et éviter les abordages en retour donnent au final un jeu difficile, mais très amusant.

La flotte de Bretonnie sera la fierté de tous les joueurs qui apprécient les mouvements tactiques. C'est également une excellente flotte pour amener les débutants à Man O'War à cause de son style si proche des navires historiques, bien que leur victoire ne soit pas acquise.
publi� le 28 Jul 2008

 

Contenu sous copyright(©) [Lire] [Plan du site] [Accueil]
. : : s t e p h a n e . i n f o : : .
   "Mieux vaut étendre le jeu que restreindre les joueurs." -- Eric Wujcik