Construire un Plateau de jeu

 


 
Navigation

Accueil

Nouvelles du Site

Politique

Wargames

 

Général

 

W40k

 

Necromunda

 

Epic

 

Man O'War

 

Warmachine

 

Opinions

Recherche

 
Compte Utilisateur

Vous n'êtes pas connecté.
  Connexion
  S'inscrire
  Compte oublié?

 
Langue

  english / français

 

 

    

Un plateau de jeu peut avoir diverses formes. J'en ai créé un très simple, parce que mes décors sont soclés et peuvent être disposés comme bon me semble. Les terrains modulaires, comportant des décors fixes sur chaque plateau, ont une meilleure apparence mais sont rapidement ennuyeux - à moins d'en avoir une grande collection dont les éléments sont compatibles entre eux. N'ayant pas encore le temps ni l'espace pour ce genre d'assortiment, je me suis contenté d'un projet simple mais qui en valait la peine.

Matériaux

Vous aurez besoin d'une planche d'isolation de bonne taille, d'un tapis de gazon artificiel, de rubans adhésifs simple et double face, et d'un cutter. Tout ça se trouve aisément dans le premier magasin de bricolage venu et pour un prix très abordable (spécialement lorsque vous êtes habitués aux prix pratiqués par Games Workshop), sauf le rouleau de gazon qu'il vaut mieux chercher dans un magasin de modélisme. J'en ai pris un de chez Faller mais d'autres marques existent, comme Busch. J'ai même découvert depuis que Busch fabrique même du tapis de gazon auto-adhésif! Si vous parvenez à vous en procurer, cela vous rendra la tâche encore plus facile.
Assurez-vous que la teinte et la texture conviennent aux socles de vos figurines.

Pour la planche elle-même j'ai envisagé plusieurs matériaux mais aucun n'a le confort d'utilisation d'une planche d'isolation en mousse de polystyrène. Une planche de bois épaisse est lourde et chère, et des échardes peuvent poser problèmes. Une mince planche de bois peut gauchir facilement. Le métal est plus difficile à trouver, cher, et potentiellement dangereux à cause de bords coupants. Finalement, des feuilles de plastique épais ne conviennent pas non plus car elles se déforment sous leur propre poids. Tout ça se ramène vraiment à une simple planche d'isolation.
J'ai donc opté pour trois plateaux de 125 cm par 60 cm (ça fait 50 ps sur 24 ps) permettant un champ de bataille allant jusqu'à 72 ps par 50 ps lorsque les trois planches sont disposées côte à côte. C'est suffisant pour pratiquement n'importe quel budget d'armée. Pour des parties plus petites, je peux opter pour une surface à peu près carrée de 50 ps par 48 ps avec deux planches, ou même me limiter à une seule pour des parties vites faites ou des jeux spéciaux (comme Necromunda, par exemple). Les planches d'isolation font 4 cm d'épaisseur mais restent très facile à manipuler à cause de leur poids plume. Elles sont néanmoins suffisamment lourdes pour ne pas basculer sous le poids de figurines posées dessus.

Comment procéder

Appliquez le scotch double-face sur la planche, en essayant de tracer un motif régulier. Faites en sorte qu'un cadre de ruban longe les bords.
Une fois la bande appliquée, ôtez le papier protecteur pour exposer la face collante supérieure. Commencez à dérouler le tapis de gazon en douceur, en commençant par une largeur et sans vous empêtrer dans le scotch exposé! Au fur et à mesure que vous le déroulez, assurez-vous qu'il soit tendu. L'objectif est d'éviter les bulles et les plis.

Une fois le tapis collé, il faut le découper ce qui dépasse avec un cutter. J'ai laissé dépasser une bordure d'environ 1 cm au-delà de tous les bords, juste pour plier cette bordure le long de l'épaisseur de la planche. Après ça, j'ai passé tous les bords au ruban adhésif (simple face cette fois) en couvrant aussi le rebord précédemment évoqué.
Bien que cette étape ne soit pas indispensable, elle donne un meilleur effet à votre plateau de jeu et aide à protéger les angles et les coins, qui sont relativement fragiles.

Variantes

Comme l'herbe ne couvre qu'une des faces de la planche d'isolation, rien ne vous empêche d'en appliquer une autre de couleur différente sur l'autre face. Vous pouvez obtenir ainsi un sol de cendres et de ruines pour vos parties de Combat Urbain, ou un secteur de pleine mer pour Man O'War.
De plus, la planche étant plutôt épaisse, il est possible d'y creuser un lit de rivière, un sillon escarpé ou une tranchée sans aller trop en profondeur. On peut aller assez loin. Mais rappelez-vous que si vous ajoutez le plus petit relief au plateau, il ne sera plus jamais réversible, puisque vous ne pourrez plus le faire reposer sur sa face bosselée. Et pour finir, je pense que le mélange de terrain "natif" et de terrain soclé n'est pas du plus bel effet.

J'ai lu pas mal de guides en ligne sur la construction d'un plateau de jeu, mais ils diffèrent souvent de la méthode expliquée ici. Beaucoup expliquent qu'il faut appliquer de la colle blanche diluée sur un panneau de bois et floquer le tout - une très mauvaise idée dans tous les cas de figure. Non seulement cette approche est pénible et chère, mais du flocage collé de cette façon ne résiste pas à l'épreuve du temps, à l'humidité, et pas même à son utilisation lorsqu'on pose des figurines dessus. Appliquer une telle mixture sur une planche de bois la déformera de façon quasi-certaine, et vous garantira éternellement des pertes de flocage à chaque manipulation.
D'autres techniques reposent sur de la colle blanche plutôt que de l'adhésif double-face pour plaquer le gazon artificiel sur le support. Cette façon de faire a ses avantages mais coller le tapis de cette façon revient plus cher - il faut un pinceau approprié - et prend plus de temps. Vous devez aussi faire des essais pour être certain que la colle ne va pas fondre la planche d'isolation, et prendre garde à ne pas répandre de la colle partout. Comme je n'ai ni jardin ni garage pour des bricolages de ce genre, j'ai opté pour le plus simple.

cliquez pour agrandir

Un avant-poste impérial à l'aube


publi� le 31 Aug 2004
[6 commentaires]

 

Contenu sous copyright(©) [Lire] [Plan du site] [Accueil]
. : : s t e p h a n e . i n f o : : .
   "Mieux vaut étendre le jeu que restreindre les joueurs." -- Eric Wujcik