Le Meilleur Des Mondes

 


 
Navigation

Accueil

Nouvelles du Site

Politique

 

Blog

Wargames

Recherche

 
PostsFil RSS 2.0

Page de garde

Archive 2017

Archive 2010

 
Compte Utilisateur

Vous n'êtes pas connecté.
  Connexion
  S'inscrire
  Compte oublié?

 
Langue

  français seulement

 

 

    

 Une décision courageuse  le 30 Nov 2009
Par un vote populaire, les Suisses ont décidé d'interdire la construction de minarets dans leur pays.

Seuls quatre minarets existent en Suisse, et seront vraisemblablement les derniers. Par 57%, les électeurs ont plébiscité l'initiative "Stop à la construction de Minarets" proposée par un comité inter-partis et soutenue par l'Union Démocratique du Centre (droite conservatrice) et l'Union Démocratique Fédérale (droite chrétienne).

Ce faisant, ils ont infligé une gifle magistrale aux prétendues "élites" helvétiques (médias, intellectuels, classe politique, jusqu'au gouvernement) dont la représentativité n'a jamais été aussi faible. Le qualificatif est abondamment repris dans la presse et sur Internet. On comprend que des industriels aient reculé par veulerie en pensant à un éventuel boycott, mais sur cette votation les états-majors politiques et médiatiques ont été clairement désavoués respectivement par leur base et leurs auditeurs.

L'atmosphère était étrange à la Télévision Suisse Romande ce dimanche. Les intervenants, imperméables au résultat du scrutin ou peut-être en état de choc, ânonnaient encore des arguments de campagne désormais obsolètes: les musulmans-sont-parfaitement-intégrés, l'Islam est une religion-de-paix, les partisans de l'initiative et leurs électeurs sont d'ignobles racistes xénophobes effrayés par l'Islam, et ainsi de suite... Un chapelet de prêt-à-penser dont la récitation a repris ce matin dans les éditoriaux de la presse, agrémentés de diverses invectives sur la façon dont le peuple suisse vote.

Avoir rejeté les minarets ne peut être que l'expression d'un citoyen avec "la peur au ventre", "ignorant tout de l'Islam", etc. Jamais il ne parviendra à l'esprit de ces gens - insultant, soit dit en passant, plus de la moitié des électeurs qui sont autant de téléspectateurs ou de lecteurs - que les citoyens helvètes se sont exprimés courageusement et en parfaite connaissance de cause suite à la longue campagne préalable à la votation, au cours de laquelle chacun a amplement eu le temps de présenter ses arguments.

On admirera au passage les menaces voilées de nombre de politiciens. Ils proclament que les 400'000 musulmans de Suisse sont "parfaitement intégrés" et que l'Islam est pacifique, deux fieffés mensonges au vu des récentes polémiques sur les cours de piscine mixte, les carrés confessionnels aux cimetières ou l'arrestation d'un proto-terroriste donnant des cours à l'EPFL... Et ils admettent que maintenant que le pays s'est aliéné cette population, un ou deux extrémistes pourraient s'énerver et commettre quelque attentat contre le pays. Belle intégration en vérité! Quant à la Conseillère Fédérale en charge de la Justice, Eveline Widmer-Schlumpf, expliquant que les règles de construction cantonales auraient suffi, l'expérience de St-Gall est là pour la contredire.

Il fallait un message clair et il a été délivré.

L'initiative contre les minarets est un succès arrivant à point nommé. Il y a dix ans, alors que l'islamisme n'était pas révélé au grand jour, une telle proposition aurait fait hausser les sourcils. Dans dix ans, un tel débat ne sera plus possible - moitié par dhimmitude, moitié par peur de se faire égorger. On aurait interdit à la population de se prononcer sur ce sujet, ou il y aurait eu trop de minarets en Suisse pour les interdire. Même aujourd'hui, c'était limite, comme en témoigne la censure qui a entaché la campagne.

Il aurait été facile, infiniment plus facile, de prendre le chemin de moindre résistance, de s'abîmer dans la douceur cotonneuse du multiculturalisme sauce islamique. De célébrer dans la joie l'effondrement des valeurs occidentales de démocratie et de règle du droit pour se vautrer dans le communautarisme festif... Mais les armes de la Suisse sont ornées d'une croix, et son histoire une longue lutte pour l'indépendance. La population ne l'a pas oublié.

Aujourd'hui, les médias tancent la Suisse. Les réactions officielles oscilles entre le mépris et le déni; les réactions officieuses (comme celles que l'ont peut lire en commentaire des articles avant qu'ils ne soient censurés) sont respectueux de tant d'audace et envieux d'une démocratie vivace.

Combien de pays d'Europe voteraient-ils de la même façon, si seulement leurs électeurs en avaient la possibilité?

 

Contenu sous copyright(©) [Lire] [Plan du site] [Accueil]
. : : s t e p h a n e . i n f o : : .
   "Mieux vaut étendre le jeu que restreindre les joueurs." -- Eric Wujcik